Jean-Joachim Cornaglia, Quiétude, 1952 | Ville de Carouge

Jean-Joachim Cornaglia, Quiétude, 1952

« Issu d’une famille piémontaise dont les parents se sont installés à Genève peu avant sa naissance le 24 juillet 1904, Jean-Joachim Cornaglia suit une formation de sculpteur sur bois à l’École des arts industriels de Genève, de 1918 à 1923, dans l’atelier de Maurice Sarkissof. De 1923 à 1926, il est à Paris, à l’Académie de la Grande Chaumière où il suit les cours d’Antoine Bourdelle. De retour à Genève en 1926, il se spécialise dans la sculpture religieuse et l’art appliqué, avec de nombreux bas-reliefs en bois pour du mobilier. Il s’installe en 1927 à Pinchat sur Carouge, où il vit et travaille jusqu’à sa mort. Il entre à la Palette carougeois [association d’artistes] en 1947 et participe à une dizaine d’expositions jusqu’en 1987. À côté de son travail personnel, Jean-Joachim Cornaglia enseigne la sculpture de 1949 à 1976 à l’École-Club Migros à Genève. À Carouge, un bronze, une élégante jeune fille, orne le parc Louis Cottier. Marbre, terre cuite, bronze et bois sont ses techniques privilégiées. Il s’adonne pendant l’Entre-deux guerres à l’art sacré. Membre du Groupe de Saint-Luc, il donne à Genève des œuvres pour les églises Saint-Joseph (des bas-reliefs et des chapiteaux) et du Petit-Lancy (Saint Nicolas de Flüe, un bronze placé à l’extérieur) ; il a aussi exécuté un chemin de croix en bois pour l’église de Troinex. Dans le domaine profane, on peut mentionner deux fontaines pour l’école de Veyrier ainsi qu’une pièce d’eau pour celle de Trembley.
Jean-Joachim Cornaglia a fait l’objet d’une émission de la Télévision suisse romande dans la série « Personnages hors du commun » en 1962.
Jean-Joachim Cornaglia est mort à Genève le 22 septembre 1989. »

Patrick Rudaz « Cornaglia, Jean-Joachim » in Dictionnaire carougeois IVB, Arts à Carouge : Peintures, sculpteurs et graveurs, 2009